News


La moitié des entreprises sont prêtes à réaliser un investissement conséquent en Intelligence Artificielle, profitable aux achats et à la Supply Chain, dans les deux ans


Cependant, une étude indépendante réalisée pour le compte d’Ivalua révèle que la qualité médiocre des données pourrait contrarier leurs projets.

Ivalua, éditeur de solutions e-Achats et de gestion des dépenses leader à l’international, a rendu publiques les conclusions d’une étude internationale menée auprès des Responsables des services Supply Chain, Achats et Finances en entreprises, qui révèlent que 55 % d’entre elles sont prêtes à réaliser un investissement conséquent en intelligence artificielle (IA) dans les deux ans qui viennent. Elles sont aussi 25 % à prévoir un investissement moindre en IA sur la même période afin d’évaluer le possible retour sur investissement de cette technologie.

D’après cette étude, réalisée par Forrester Consulting pour le compte d’Ivalua, les Responsables sondés estiment que l’un des principaux obstacles à l’adoption de l’IA a trait à la qualité médiocre des données. Près des deux tiers (59 %) affirment que la qualité médiocre des données faussera les décisions prises par l’IA, compromettant par là-même leur capacité à dégager une valeur ajoutée d’un investissement de ce type.

« À l’évidence, il existe une appétence pour l’IA qui ne fera que s’intensifier à mesure que d’autres applications intéressantes et réussites exemplaires seront mises en lumière », commente David Khuat-Duy, Président-fondateur d’Ivalua. « Néanmoins, pour leurs investissements dans l’IA, il importe que les entreprises s’attèlent aux difficultés induites, sous peine de voir les avantages se réduire comme peau de chagrin. L’IA ne peut générer des enseignements fiables qu’à partir d’un socle solide de données servant de base de travail, lequel, d’après les observations, demeure un obstacle significatif pour la plupart des entreprises. Pour que le succès soit au rendez-vous, les entreprises doivent s’attacher à résoudre leurs problématiques de données en même temps qu’elles investissent dans l’IA. »

L’amélioration de la qualité des données est loin d’être aisée, les participants à l’étude évoquant leur incapacité à accéder aux données (44 %), l’hétérogénéité des données (43 %) et l’inexactitude des données (41 %) parmi les principaux obstacles rencontrés. Ils sont, en outre, 36 % à affirmer que l’excès d’information et le manque de compétences en interne compliquent l’interprétation des données.

En marge de ces difficultés inhérentes aux données elles-mêmes, 44 % des professionnels interrogés déplorent l’absence de soutien des cadres dirigeants en faveur de l’innovation dans le domaine de l’IA. Ils affirment également ne pas être en mesure actuellement de tirer pleinement parti de l’IA en raison de l’immaturité des applications, que 62 % qualifient de problématique, laissant entendre que le discours marketing des éditeurs de solutions IA est nettement plus abouti que les fonctionnalités proposées. On observe également des lacunes quant aux modalités d’application de l’IA à certains scénarios d’utilisation (47 %).

L’IA a vocation à exercer une influence considérable sur les achats

S’agissant des utilisations concrètes de l’IA, les professionnels interrogés sont persuadés que c’est en alertant l’entreprise et ses fournisseurs sur les perturbations d’approvisionnement (44 %), en identifiant et en signalant les problèmes de conformité fournisseurs (39 %), et en repérant très vite les cas de fraude (37 %) que la résonance de cette technologie sera maximale.

En outre, les participants à l’étude sont d’avis que l’adoption de l’IA accentuera l’automatisation des tâches élémentaires, qui pourront être mises en œuvre en quelques minutes ou secondes, et non plus en plusieurs heures ou jours. Deux des principaux domaines offrant, selon les professionnels, le plus grand potentiel d’automatisation sont le traitement des factures (51 %) et la validation des projets d’achats (35 %).

David Khuat-Duy conclut en ces termes : « En définitive, si les entreprises parviennent à améliorer la qualité de leurs données et à relever d’autres défis, elles bénéficieront d’une profusion d’avantages liés à l’IA. Qu’il s’agisse d’automatiser les tâches à faible valeur ajoutée ou de livrer de riches enseignements, l’IA est véritablement capable de transformer les achats et les opérations de la Supply Chain. Elle est notamment dotée d’un gigantesque potentiel propice à la réalisation d’achats plus judicieux, source de gains d’efficacité et de meilleures prises de décision, offrant un authentique avantage compétitif à ses adeptes. »

——————————–

Les résultats de l’étude seront présentés dans un webcast programmé le 13 juin 2018 à 17 heures. Hébergée par Ivalua, cette émission consistera en une présentation effectuée par Duncan Jones, Vice-président et Analyste principal de Forrester, complétée par une séance de questions-réponses en direct avec le public.

Pour télécharger l’étude « Enabling Smart Procurement » dans son intégraliré : http://info.ivalua.com/forrester-enabling-smarter-procurement-2018

Cette étude, réalisée par Forrester Consulting, s’appuie sur une enquête menée auprès de plus de 400 responsables des Services Finance, Achats et Supply Chain aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France et en Allemagne ; elle a été menée en Janvier 2018.

——————————–